Suites insolites - une suite à Bach

Concert et CD à partir d'oeuvres de J.S.Bach

"Les écouter, c'est s'embarquer pour un voyage où alternent les moments de libre dérive buissonnière et les instants de retour à des chemins plus tracés, dans un paysage plus reconnaissable.


Tantôt la poursuite d'un dialogue improvisé qui porte à laisser flotter notre imaginaire et nous inviterait presque à nous perdre. Tantôt le retour à l'interprétation respectueuse de la partition qui nous ramène à un socle plus rigoureux, (c'est le Bach Ground!) peut-être plus rassurant, mais non moins fertile.


Mais ce passage se fait de manière si douce et si subtile qu'il faut parfois quelques instants pour prendre conscience de la réalité du moment d'écoute : sommes nous dans une «Suite de Bach» ou dans une suite à Bach?


C'est qu'il ne s'agit pas seulement d'une lecture. L'interprétation est une gestation lente, une maturation qui s'appuie sur le respect de la partition mais inclut en elle le plaisir partagé de chercher, d'émettre des propositions, de laisser venir les intuitions pour faire vivre la musique.


Alors vient le temps d'une véritable appropriation. Et dès lors et quand il s'agit d'une musique aussi riche et aussi vivante que celle de J.S Bach, il n'y a plus de barrière pour laisser émerger le riche présent de l'improvisation .


De là naît sans doute la magie de ces Suites Insolites : de la douceur des frontières, et de ce mouvement tellement naturel d'alternance entre les deux univers. Comme si chacun était consubstantiel et générateur de l'autre.


L'incroyable virtuosité et la si émouvante élégance de l'interprétation n'y est sûrement pas étrangère."


Roland Ossard, Le Frigo

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Contactez-nous

Association Fractal

Isabelle CIRLA

Joël TROLONGE

duocirlatrolonge@gmail.com

Suivez-nous

  • Facebook Social Icône
  • SoundCloud sociale Icône
  • YouTube - Grey Circle

© 2017 par le duo Cirla Trolonge - Les photos sont de Patrick Bastoul